Pour une citoyenneté aux couleurs locales

massy@venir

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil

Dysfonctionnement du RER B : m@v explique les choses différemment

Imprimer

 

 

Cliquez sur l'image pour lire la pétition

La municipalité a décidé de dénoncer les dysfonctionnements de la ligne B du RER en sollicitant ses administrés pour signer une pétition, adressée aux représentants de l’Etat, des collectivités locales, du STIF (syndicat des transports d’Ile de France) et aux présidents de la SNCF et de la RATP. 

La municipalité y évoque les problèmes de ponctualité, de régularité et de qualité du réseau :

Par leurs impôts et l’achat de leurs titres de transports, ils (les usagers) contribuent au financement de cette ligne. Ils sont donc en droit d’attendre un service public de qualité, c'est-à-dire des trains qui partent et arrivent à l’heure, le confort pendant le trajet, des informations fiables et une sécurité assurée. 

Massy@venir s’associe entièrement à cette exigence, étant nous-mêmes massicois et même pour certains, usagers de cette ligne. Pour autant, ces propos, tenus par une municipalité dont le Maire est adhérent au parti de la majorité présidentielle, nous semblent, même s’ils sont justes, pour le moins surprenants.  

Nous ne devons pas mentir aux massicois en nous trompant de cible. Commençons par pointer les vraies causes menant aux effets que l'on connait.

Les transports publics pâtissent d’un manque d’investissements des gouvernements successifs depuis une vingtaine d’années. En effet, la politique libérale menée, en partie, par les amis  politiques de M. Delahaye (UDF, puis Radical valoisien) a conduit  à la destruction progressive des services publics (France Télécom, EDF, GDF, etc.). Comment peut-on alors s’étonner des dysfonctionnements du RER B, alors qu’on sait depuis des années que les réductions budgétaires, ayant pour but notamment de faire de la RATP une entreprise comme les autres (dixit l’ancienne PdG Mme Idrac, ex UDF), qui soit concurrentielle et gérée, petit à petit comme une entreprise de droit privé. Et cela pour ouvrir, à terme, son capital aux financiers les plus gourmands.  

Doit-on rappeler à Monsieur Delahaye que la vocation d’une entreprise privée est de dégager des bénéfices, certes, mais aussi du profit pour rémunérer ses actionnaires ? De plus, la RATP, étant mise en concurrence sur son réseau historique, se comportera de la même manière à l’extérieur de la région (Partenariat avec Véolia en Asie, etc.). Où sont les intérêts des usagers franciliens ?

Concrètement, la RATP doit réduire ses coûts en Ile de France pour faire face au règlement européen OSP (obligation de service public), tout en se positionnant sur le marché afin d’acquérir des contrats hors de la Région ! Peut-on encore parler de service public ? Pourtant le Maire de Massy a toujours défendu cette politique de libéralisation des services… 

Alors comment allier service public de qualité, rendu à tous les usagers et versements de dividendes aux actionnaires au détriment des franciliens, devenus des clients ?

Massy@venir se pose alors la question suivante : devrions-nous lancer une pétition citoyenne pour demander à Monsieur le Maire de Massy de faire pression sur ses amis du Gouvernement et sur le Président de la République, pour qu’ils fassent annuler l’application du règlement européen OSP, ayant pour but de mettre fin aux monopoles publics (mis en place par le Conseil national de la Résistance) et de les mettre en concurrence avec les entreprises privées ?  

En résumé, si dans le discours et dans les exigences, la municipalité dénonce une vraie problématique inacceptable, et ce, depuis des années sur une large partie des réseaux  RATP et SNCF, elle sait très bien que le fait de lancer une telle pétition ne changera malheureusement rien aux difficultés que nous rencontrons, nous, usagers. La seule réponse est politique !  Les dérives libérales, l’impact de la crise économique et le Plan de relance « bling-bling » de M. Sarkozy n’empêcheront pas le non remplacement de 600 emplois à la RATP et ne règleront pas les conditions de transports, parfois désastreuses, que subissent nos concitoyens. Mais tout cela ne dédouane en rien la RATP et la SNCF de leurs responsabilités. Elles ne sont pas des moindres.

Alors cette pétition lancée par la municipalité ne serait-elle qu’opportuniste, électoraliste et… populiste ?

 

 

Cliquez sur l'image pour lire ou télécharger le tract

 

m@v

MOBILISATION !

u
 

 



Philippe GAUTREAU 

 


ccNewsletter Module